L'entretien de la sécrétion lactée (Le lait)
L’entretien de la sécrétion lactée (Le lait)
11 juillet 2016
Mega pack pampers taille 4
Les voyages
4 octobre 2016

Le nouveau-né s’éveille

nouveau-né

Le nouveau-né s’éveille

Votre nouveau-né est là. Peut-être dort-il paisiblement entre les tétées. Peut-être pleure-t-il sans cesse malgré vos efforts pour le calmer. Ne vous laissez surtout pas gagner par l’inquiétude.

Les réactions d’un nouveau-né ne sont pas toujours faciles à comprendre. Au cours de ces premières semaines face à face avec leur enfant, les parents peuvent ressentir une multitude de sentiments. Fatigués, inquiets, certains ont l’impression qu’ils ne réussiront jamais à élever leur bébé. D’autres sont étonnés que leur nouveau-né prenne, tout compte fait, si peu de place. Les réactions de la majorité des parents se situent entre ces deux extrêmes. Toutes sont compréhensibles.

De la naissance à le mois 1

Les nouveau-nés ont la peau rose, plus ou moins foncée. Ils sont discrètement velus, souvent chevelus. Ils se tiennent les bras ramenés vers la poitrine et les cuisses vers le ventre.

La faim est une sensation nouvelle que le bébé découvre dès que le cordon ombilical est coupé. Dans la salle de naissance, il est déjà capable de ramper sur le ventre de sa mère pour se rapprocher du sein. La recherche de nourriture favorise ses tout premiers «apprentissages». La répétition régulière des tétées, dans un climat affectif d’attachement mutuel, procure au bébé un sentiment de bien-être. En satisfaisant ses besoins, vous lui offrez une image accueillante du monde. Ces premières expériences vitales lui donnent peu à peu le sentiment d’exister.

L’adaptation des sens

Les nouveau-nés dorment beaucoup, mais il existe des variations très importantes entre les «gros dormeurs» (20 heures sur 24) et les «petits dor­meurs» (14 heures sur 24). Le sommeil agité, ou paradoxal, représente de 50 à 60 % du sommeil total ; il favoriserait le développement des facultés d’apprentissage et de la mémoire.

Lorsqu’il est éveillé et calme, le bébé montré de surprenantes capacités d’attention et d’échanges avec son environnement, et il est prêt à répondre à vos stimulations : sourires, paroles, câlins, etc. L’ouïe, le goût et le toucher ont commencé à se développer avant la naissance. À l’air libre, le nouveau-né découvre de nouvelles sensations. Il ouvre les yeux, aperçoit des visages, les regarde. Il apprécie le plaisir de bouger, s’étirer, gesticuler, de ramper même. Mais il va aussi faire l’expérience de la pesanteur, du vide et de l’inconfort.

L’absence de réaction visuelle durant les premiers jours ne doit pas inquiéter. Il faut en effet que le nouveau-né se trouve dans un état d’éveil favorable; or, certains bébés sont fatigués par la naissance, d’autres ont les paupières gonflées, d’autres enfin sont plus sensibles à la voix et aux caresses.

De 1 à 4 mois

À 1 mois, le nouveau-né devient un nourrisson, changement de terme qui correspond à une réelle transformation. Physiquement, il est différent, son teint est plus pâle, souvent marbré; il a même parfois quelques boutons d’acné du nourrisson. Ses cheveux se raréfient sur les zones de frottement de sa tête. Il paraît plus fort, ses cuisses et ses joues commencent à se remplir.

Au fil des semaines, le nombre de tétées va diminuer. Les repas nocturnes disparaissent, les parents retrouvent des nuits plus calmes. Le bébé réclame encore un cinquième biberon en fin de soirée pendant quelque temps, mais, le plus souvent, il passe de lui-même à quatre ou cinq repas avant 4 mois.

La découverte de ses mains

Peu à peu, le bébé devient capable de tenir sa tête, de la soulever du lit et de la tourner. Ses mains se libèrent et s’ouvrent, prennent contact avec les objets avant de se refermer sur eux en ébauchant un mouvement de préhension. À partir du troisième mois, le bébé observe ses mains et commence à jouer avec elles : elles rencontrent le portique suspendu au-dessus de son lit. il prend son pouce pour téter… Au début, il prend les objets par hasard, mais, dès le cinquième mois, il les saisit intentionnellement.

Parallèlement, les phases d’éveil actif se prolongent, et votre bébé commence à s’intéresser au monde qui l’entoure. Pourtant, il éprouve des difficultés à trouver un équilibre. C’est l’âge des fameux «pleurs du soir», parfois si difficiles à comprendre et à supporter. Prenez patience, ces cris disparaissent au cours du 4e mois. A cet âge, le bébé a besoin d’un rythme de vie stable ; dans la mesure du possible, évitez tout changement intempestif et mal préparé de son mode de vie .

Les échanges

Seul dans son berceau ou dans un petit transat, le bébé écoute les bruits, fixe les objets, suit du regard le mobile qui est près de lui. Vous lui montrez combien ses premiers progrès vous intéressent et vous font plaisir, ce qui favorise son éveil. Entre 1 et 4 mois, les relations que vous avez avec votre bébé se transforment de jour en jour. Les échanges peuvent être fréquents et intenses, par le regard, les sourires… Vous faites des mimiques à son intention, vous lui parlez, et il vous répond à sa façon. Son visage s’éclaire souvent d’un véritable sourire. Peu à peu. vos «conversations» durent plus longtemps et se diversifient; il devient capable de les provoquer ou de les interrompre. Ces échanges le rassurent et le familiarisent avec le monde qui l’entoure, lui permettant de prendre place dans la vie.

De 4 À 6 mois

À 4 mois, le bébé est un nourrisson ferme, potelé et vigoureux, bien différent du nouveau-né gracile du premier mois. Jusqu’à présent, vous vous êtes découverts mutuellement. A partir du cinquième mois, les progrès physiques et intellectuels du bébé lui permettent de diversifier ses activités et d’apprendre à connaître, au-delà de ses parents, les différentes personnes de son entourage.

Une période calme

Avant 6 mois, le bébé se retourne sans difficulté et fait des pirouettes ; prenez garde à ce qu’il ne vous échappe pas, sur sa table à langer, par exemple. Il prend conscience de son corps, qu’il commence à explorer. En général, il a trouvé un équilibre et vous profitez de cette période plus sereine : il dort, il mange, il joue, il sourit, il gazouille. Il pleure peu sans raison à cet âge.

Lorsque vous jouez avec lui, votre bébé devient capable de prendre l’initiative. Pour l’aider à devenir un être autonome, laissez-lui la possibilité de s’exprimer et de faire seul de nouvelles expériences. Votre bébé a toujours autant besoin de vos encouragements, mais la relation que vous avez avec lui se modifie, elle est moins «fusionnelle » mais ne perd rien en intensité.

Les premières séparations

Au cours de cette période, le bébé prend conscience qu’il est un être distinct de sa mère. Il est sensible à son absence depuis les premiers jours, mais, vers 6 mois, il commence à manifester ostensiblement son désarroi lorsqu’elle s’en va et sa joie lorsqu’elle revient. Même s’il devient plus indépendant, il a toujours autant besoin d’elle pour être rassuré et encouragé.

C’est souvent entre 4 et 6 mois que le bébé est confié à une autre personne, car sa mère reprend son activité professionnelle. Toute séparation doit être bien préparée et expliquée à l’enfant, qui ressent intensément le changement. Avant de faire garder votre enfant, vous devrez au préalable vous rendre ensemble chez la personne à qui vous le confierez ou à la crèche.

Jeux à deux voix

Parlez à votre bébé, en ne vous plaçant pas trop loin de lui. Vos paroles, la modulation et l’intonation de votre voix, qu’il sait reconnaître, suscitent ses réponses.

Au début, il ouvre la bouche vers vous comme s’il cherchait à s’exprimer en émettant un son. Puis ses gazouillis se transforment en vocalises, en «areu»… ou en éclats de rire. Il aime que vous lui répondiez. Pour qu’il puisse placer ses propres sons, veillez à ménager des pauses après vos paroles. Variez le jeu, en utilisant un jouet qui produit des sons, en lui récitant de petites comptines ou en chantant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.