L'apparition du langage
L’apparition du langage
6 juillet 2015
L'assistante maternelle de crèche
L’assistante maternelle de crèche
6 juillet 2015

Crèche ou nourrice ?

A la crèche ou chez une nourrice

Crèche ou nourrice ?

A la crèche ou chez une nourrice?

Il arrive donc de plus en plus que le travail de la mère pose pour elle le problème du choix de la garde de son enfant; (si comme dans la grande majorité des cas elle ne peut le faire garder chez elle); crèche ou nourrice à la journée ?

La solution du problème dépend dans bien des cas des possibilités que les parents ont de le résoudre; et s’il n’existe pas de crèche à proximité de leur domicile, ni sur le lieu de travail de la mère, il n’y a évidemment aucun choix possible.

Mais lorsqu’ils l’ont, les parents sont souvent hésitants, se demandant ce qui conviendra le mieux à leur enfant.

Il y a des avantages et des inconvénients à chacun; à qualité égale naturellement, car il vaut mieux une bonne crèche qu’une mauvaise nourrice et une bonne nourrice qu’une mauvaise crèche.

Les crèches sont en général bien tenues; avec un personnel compétent, le bébé sera surveillé et dès qu’il aura quelques mois, il vivra avec d’autres enfants qui seront rapidement ses compagnons de jeux.

Leur surcharge fait souvent que le personnel a peu de temps à consacrer à chaque enfant; mais c’est compensé par l’ambiance d’ensemble qui donne d’importantes possibilités d’éveil avec les jeux, les autres bébés, et on peut facilement remarquer que les bébés ayant passé leurs premières années en crèche sont éveillés, sociables, actifs, gais, joueurs et d’excellent contact.

L’inconvénient le plus courant est représenté par les possibilités de contagion due à la promiscuité;  qui ne porte dans notre pays que sur les maladies courantes et bénignes de l’hiver. Mais celles-ci obligent chaque fois la mère à arrêter son travail pour garder son bébé durant les quelques jours de sa maladie si celle-ci entraîne une fièvre ou une fatigue assez notable.

Les arrêts fréquents et souvent répétés posent indiscutablement un problème social important.

Mais s’il existe près de chez vous; dans des conditions commodes pour vous et n’imposant pas au bébé des déplacements abusifs tôt le matin et tard le soir; une crèche plaisante, agréable, bien aérée, avec un personnel sympathique et avec lequel vous avez un bon contact, et que vous puissiez y avoir une place pour votre bébé, c’est sans doute la meilleure solution.

La qualité du placement chez une nourrice à la journée dépend exclusivement de la qualité de la famille qui s’occupera de votre bébé; celle-ci est souvent grande car on n’accepte de bon cœur cette activité que si on aime les enfants; si l’on est capable de leur donner une atmosphère chaleureuse équivalente à celle de leur propre foyer. Et chacun connaît des cas d’enfants ayant aimé leur nourrice comme une tante ou une seconde maman; joyeux de partir avec elle en vacances, une fois grands, et toujours heureux de la retrouver.

Il existe souvent des enfants dans ce foyer; et bébé se retrouvera d’emblée entouré de garçons et de filles qui l’aimeront comme un petit frère ou une petite sœur.

Un des inconvénients chez les nourrices prenant deux ou trois bébés en charge; est souvent qu’elles ont peu de temps pour les sortir et il faut veiller tout de même à ce besoin de promenade quotidienne, si la nourrice n’habite pas un pavillon.

Un des avantages, c’est qu’une petite maladie ne vous empêchera pas de conduire votre bébé le matin et donc ne vous obligera pas à interrompre votre travail.

Il n’y a donc ni recette ni solution toujours bonne ou toujours mauvaise. Votre instinct maternel;  l’humeur de votre bébé, quand vous le reprendrez le soir, vous diront rapidement si vous avez choisi la bonne solution.

Mais on ne saurait trop insister sur la nécessité du choix d’une bonne nourrice; chaleureuse, qui s’occupera normalement de votre bébé, et sur la nocivité de changements fréquents de nourrice dans le cours des deux premières années. Le développement d’ensemble du bébé dépend en grande partie du respect de ces conditions.

Si vous devez reprendre votre travail après votre accouchement; je crois qu’il est mieux de le faire d’emblée au bout de votre congé de maternité; plutôt que lorsque le bébé aura cinq ou six mois et aura été trop habitué à votre présence quotidienne. J’ai souvent observé, dans ces cas; des difficultés importantes de relation avec la maman à qui le bébé semble reprocher de l’abandonner ; chaque jour, alors que si elle commence à le faire lorsqu’il a deux mois; la mère n’encourra pas ce reproche de la même manière ni de façon aussi aiguë.

Quel que soit le mode de garde choisi; il est impératif que votre bébé s’y habitue progressivement et en votre présence.

On insiste beaucoup sur la nécessité d’une période d’adaptation prolongée, et actuellement les crèches le demandent instamment. Il faut le faire chez la nourrice également.

On ne peut, sans risque de troubles importants; laisser un bébé un beau jour, quelque part, chez des personnes qu’il ne connaît pas et auxquelles il n’est pas habitué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.