L'expulsion de bébé
L’expulsion de bébé
11 juillet 2016
nouveau-né
Le nouveau-né s’éveille
25 août 2016

L’entretien de la sécrétion lactée (Le lait)

L'entretien de la sécrétion lactée (Le lait)

L’entretien de la sécrétion lactée (Le lait)

Une fois la montée de lait déclenchée, la sécrétion lactée est entretenue par un réflexe dit « neuro-hormonal »…

…qui fait intervenir une excitation au moyen des filets nerveux, un entre cérébral; une réponse par un messager chimique (hormone), le lait.

Voyons-en donc brièvement le mécanisme ; la succion du mamelon, qui est une zone particulièrement sensible, est transmise au cerveau par les nerfs sensitifs.

Cette excitation répercutée du cerveau à l’hypophyse à travers les relais cérébraux de l’hypothalamus entraîne la sécrétion par l’hypophyse d’une hormone ; la prolactine qui est déversée dans la circulation sanguine. Cette hormone, en atteignant la glande mammaire déjà préparée perdant la grossesse, provoque la sécrétion de lait.

Le relais de l’hypothalamus est en même temps soumis à d’autres sollicitations provenant de divers centres cérébraux.

Cela explique l’importance que prend dans une lactation, l’état psychique et émotionnel de la maman; (la production de lait diminue lorsque la maman est inquiète, rendue ou angoissée et par contre augmente dans les périodes calmes et euphoriques).

L’allaitement fait intervenir au moment des tétées un troisième mécanisme destiné à expulser le lait contenu dans les acini glandulaires vers les canaux galactophores.

Il s’agit d’un phénomène réflexe du type neuro-hormonal : réflexe d’expulsion ou de jaillissement du lait.

Dans le 1er temps,

la succion du mamelon excite les nerfs sensitifs, probablement nombreux dans cette zone, qui répercutent cette excitation sur l’hypothalamus à la base du cerveau et le lobe postérieur de l’hypophyse.

Cette dernière sécrète une hormone : l’ocytocine qui est déversée dans le sang.

Dans un deuxième temps,

l’ocytocine parvenue par le flux sanguin aux cellules de la glande mammaire provoque la contraction des alvéoles et des canaux galactophores par l’intermédiaire des cellules myoépithéliales qui entourent ces éléments.

Ce réflexe dont le point central est cérébral peut être inhibé par tout ce qui peut retenir sur l’activité cérébrale ;c’est en particulier l’anxiété, la tension nerveuse, les émotions.

Le rôle de ce réflexe est important car il permet au bébé d’obtenir la presque totalité du lait qui est contenu dans le sein; En conclusion, s’il est inhibé, bébé ne peut tirer que de faibles fractions de lait.

C’est le cas des jeunes mères qui, tout en ayant beaucoup de lait se désolent en constatant que leurs bébés ne prennent que de très faibles quantités de lait après avoir tété vigoureusement.

Par ailleurs, le mauvais fonctionnement de ce réflexe est la source des engagements qui aboutissent souvent à l’arrêt de l’allaitement. Des essais de traitement par application nasale d’ocytocine ont été tentés aux U.S.A. et ont donné des résultats variables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.