Diarrhées chroniques
Diarrhées chroniques
16 mai 2016
rubéole
La rubéole
31 mai 2016

L’herpès

L'herpès

L’herpès

L’herpès est une infection virale, qui se manifeste par une éruption douloureuse de petites vésicules remplies d’eau. Ces poussées, sans rythme repérable, sans cause évidente, sont entrecou­pées de périodes d’accalmies.

Il existe deux types de virus de l’herpès. Le type I prolifère autour de la bouche et le type II a pour siège la sphère uro-génitale (vulve, périnée, anus et col de l’utérus).

L’herpès génital surtout comporte un risque pour l’enfant et seulement s’il existe une poussée lors de l’accouchement. Au cours de la grossesse, la défense de l’organisme maternel est modifiée et la femme enceinte ayant eu de l’herpès génital a fréquemment de nouvelles poussées.

Si vous avez été sujette à une telle poussée dans les années précédant la naissance; ou si votre conjoint fait ou a fait des épisodes d’herpès génital;  pensez à le signaler, car vous pouvez être porteuse saine du virus herpès.

La maladie herpétique peut être invisible :

Seule une recherche d’anticorps anti-herpétique peut renseigner sur un contact viral antérieur. À la différence de la toxoplasmose et de la rubéole, la présence de ces anticorps ne vous protège pas d’une récidive.

Le virus herpès de type II peut être mis en évidence par prélèvement au niveau du col ou des éventuelles lésions vulvaires ou vaginales. Cette recherche est souvent pratiquée au cours des dernières semaines. C’est le jour même de l’accouchement que l’examen gynécologique doit être particulièrement soigneux; car la présence de vésicules herpétiques sur le col, au niveau vaginal ou vulvaire, interdit un accouchement par les voies naturelles.

Le risque que l’enfant soit atteint lors de son passage à travers la filière uro-génitale est très faible; mais il est tel qu’il justifie une césarienne. Si celle-ci n’a pas eu le temps d’être réalisée, on baignera l’enfant dans un liquide contenant de l’iode, qui a la réputation d’être efficace contre le virus.

Si dans les 15 jours qui précèdent l’accouchement vous êtes victime d’une première infection du virus herpès; (et non d’une poussée récidivante); il conviendra d’envisager une césarienne sans hésitation.

Peu d’enfants sont touchés, mais lorsqu’ils le sont ils présentent des maladies du système nerveux qui peuvent entraîner des séquelles gravissimes.
Actuellement on peut également pratiquer dans le sang du bébé des dosages d’anticorps anti-herpétiques et dans le liquide céphalorachidien des dosages d’interférons; En attendant qu’ils confirment ou infirment une contamination éventuelle; l’administration d’un antibiotique antiviral spécifique, d’abord par perfusion puis par la bouche, constitue un traitement préventif efficace.

Après la naissance et quel que soit le virus herpès en cause, même autour de la bouche;  des précautions s’imposent pour ne pas contaminer le nouveau-né (masque, nettoyage des mains).

Quant à l’herpès gestationnis c’est une éruption cutanée qui n’a rien à voir avec l’herpès génital ; des plaques rougeâtres qui siègent autour de l’ombilic, sur le tronc, les fesses et les cuisses. Assez rare, sans gravité pour le bébé, cette affection ne survient que pendant la grossesse, d’où son nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.