rubéole
La rubéole
31 mai 2016
constipation
La constipation
14 juin 2016

L’examen gynécologique

L'examen gynécologique

L’examen gynécologique

Monter sur une table d’examen gynécologique n’est pas spécialement agréable.

S’installer les jambes écartées, faire fi de sa pudeur représente toujours un effort de faire cet examen gynécologique. Les qualités d’accueil, la douceur des gestes et la compréhension que manifestera la personne qui vous examinera vous mettront en confiance. Si vous appréhendez ce moment, demandez au médecin de vous prévenir de ses gestes afin de vous y préparer.

Vous pouvez également utiliser cette consultation comme une possibilité de découverte de votre corps, vous faire préciser quels sont les muscles du périnée, voir à l’aide d’un miroir ce fameux col de l’utérus dont on a tant parlé, etc.
L’examen gynécologique comprend plusieurs temps.

D’abord voir :

après l’examen de votre vulve, le spéculum (qui n’est pas obligatoirement en métal froid) est introduit avec douceur dans le vagin, afin d’exposer le col à la vision du médecin. Parfois une lésion, une infection ou la présence de sang sont décelées, conduisant à d’autres investigations. S’il y a des pertes blanches anormales, le médecin fera des prélèvements afin de rechercher une infection vaginale. Le spéculum est ensuite enlevé.

Ensuite toucher :

le toucher vaginal consiste à introduire un ou deux doigts (l’index et le majeur) d’une main gantée dans le vagin afin d’apprécier les caractéristiques du col de l’utérus tandis qu’avec l’autre main le médecin palpe le bas-ventre. Il peut apprécier ainsi le volume de l’utérus et estimer s’il correspond à l’âge de la grossesse. Il précise également sa situation dans le petit bassin, si son fond est situé en avant (utérus antéversé) ou au contraire basculé vers l’arrière (utérus rétroversé). Si vous avez l’utérus rétroversé cela ne doit pas vous inquiéter.
En augmentant de volume, il va se redresser, pour se développer dans la cavité abdominale. Quelques douleurs vers le 3e mois sont à mettre au compte de ce redressement, qui n’entraîne aucun problème. Enfin, les ovaires vont être palpés de chaque côté de l’utérus; parfois, celui qui a ovulé est un peu plus sensible.

Le col de l’utérus est l’objet de beaucoup d’attention.

Cylindre de 1,5 à 2 cm de long, il a deux extrémités, une externe (vers le vagin), une interne (vers la cavité utérine). Si vous n’avez jamais accouché, il est habituellement de consistance dure et ses deux orifices sont fermés. Après le premier accouchement, l’orifice externe reste ouvert, et laisse pénétrer la pulpe d’un doigt. Le médecin surveillera l’éventuel raccourcissement ou ramollissement du col et l’ouverture des orifices, surtout l’orifice interne qui doit rester fermer le plus tard possible (jusqu’à 37 semaines). Vous entendrez votre médecin indiquer par exemple : « col mou, ouvert à l’orifice externe, raccourci », ou « dur tonique, fermé à l’orifice interne ».

Ce n’est pas parce qu’un col se modifie (raccourcissement, ouverture de l’orifice interne) que vous allez immédiatement accoucher, mais si ces modifications surviennent trop tôt dans la grossesse, des précautions seront à prendre.

Le premier examen clinique est alors terminé. Le médecin conclut cette première consultation par la prescription d’examens que nous allons envisager en détail. L’examen des urines et certains contrôles sanguins sont obligatoires : rubéole, toxoplasmose, syphilis ; d’autres sont conseillés : hépatite B, sida. Le médecin peut aussi prescrire une échographie .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.